TwitterLinkedin
PRU du Mantois
Imprimer
Renouvellement urbain - Mantes-la-Jolie (78), Mantes-la-Ville (78)

Changer l’image, améliorer l’offre

Engagé il y a une quinzaine d’années, et soutenu par l’ANRU dès 2005, le grand projet de rénovation du Mantois coordonné par l’EPAMSA a permis de réaménager l’espace public, d’améliorer l’habitat et de renouveler l’offre de logement contribuant ainsi à renforcer la dynamique de développement du territoire.

L’opération des Peintres Médecins : un programme d’aménagement exceptionnel de 40 M€

Situé au nord du Val Fourré, le long de la Seine, le quartier des Peintres-Médecins souffrait dès l’origine d’un fort isolement par rapport au reste de la ville, avec une densité importante et une situation sociale complexe.

Fruit d’un partenariat exceptionnel entre la ville de Mantes-la-Jolie, l’EPAMSA et le bailleur IRP, cette opération de grande ampleur s’échelonne de 2011 à 2015. Elle signe la métamorphose radicale du quartier et bénéficie d’un financement global de 40 millions d’euros HT, dont 11,7 M€ de l’ANRU.

Un marché de définition réalisé en 2006 a permis de déterminer un programme d’aménagement d’ensemble reposant sur :

  • l’ouverture du quartier sur les bords de Seine et le bassin d’aviron ;
  • l’intégration d’un traitement paysager ;
  • le désenclavement du quartier avec la création de nouvelles voies ;
  • un important programme de réhabilitation et de résidentialisation des immeubles.

Maîtrise d’œuvre : Atelier Albert Amar/Atelier de l’Ile

 

Trois réalisations majeures dans ce cadre :

L’Aqualude

La création de ce pôle aquatique sur les friches des tours Degas démolies en 2006 a permis d’accueillir un équipement à vocation intercommunale attirant tous les habitants de l’agglomération. Il répond à la norme HQE et bénéficie d’une architecture exceptionnelle et contemporaine intégrant une toiture végétalisée en forme de vagues et un moucharabieh monumental.

Maître d’œuvre : Agence Search

 

La réhabilitation résidentialisation du patrimoine IRP (1 026 logements)

L’ensemble des logements a bénéficié d’une réhabilitation comprenant remise à neuf des parties communes, sécurisation des équipements et rénovation thermique des façades avec passage d’une étiquette énergétique de D à B. Intégrant le vocabulaire de l’architecture contemporaine, les façades alternent bardages en inox et panneaux de résine colorée. Une résidentialisation paysagère des bâtiments vient valoriser le caractère résidentiel et clarifier le statut des espaces privés.

Maître d’œuvre : AIP 3A Architecture pour la réhabilitation/Espace Libre pour la résidentialisation

 

Le bassin écologique

L’aménagement des espaces publics intègre la réalisation d’une darse paysagère alternant terrasses, prairies humides et fossés faisant entrer le paysage des coteaux de la Seine dans le quartier. Pour affirmer son rôle écologique, la darse comprend un bassin écologique qui traite une grande partie des eaux de pluies du quartier pour un rejet final dépollué. Cette conception urbaine a également pour objectifs de valoriser la qualité paysagère et la biodiversité du Val Fourré.

 

Ilot Sully : une opération mixte logements hôtel équipements

Il y a 15 ans, 2 tours d’habitation de 23 étages marquaient l’entrée ouest du Val Fourré. Depuis leur démolition en 2001, une opération mixte associant logements en accession sociale à la propriété, commerces et un hôtel a été réalisée dans un ensemble immobilier porté par un promoteur privé, Constructa. Les conditions de cette réussite sont intimement liées à une intervention publique majeure qui a accompagné le renouveau de ce secteur en travaillant à l’implantation de deux autres équipements, la CPAM et le centre des finances publiques qui complètent l’îlot.

 

Des logements en accession pour favoriser les parcours résidentiels

En deux décennies, plus de 2 000 logements sociaux ont été démolis au Val Fourré. Afin de diversifier l’offre de logements, seuls 45 logements sociaux ont été reconstruits dans le quartier. L’essentiel de la construction réalisée depuis 2005 a donc été portée par des produits en accession à la propriété grâce à un partenariat spécifique entre la ville, les promoteurs et l’EPAMSA. La résidence Sully, qui compte 58 logements, a bénéficié essentiellement aux locataires du parc social du Val Fourré en recherche de produits en accession dans le quartier. On compte deux autres opérations d’accession dans le quartier, soit un total de 164 logements.

 

Un hôtel pour renforcer le développement économique du territoire


Le groupe Accord a ouvert un hôtel de 80 chambres sous le label Ibis Budget. Son implantation vient renforcer l’offre de service de la zone d’activité économique Sully toute proche. Aménagée par l’EPAMSA en 2000, elle accueille 27 établissements et regroupe actuellement plus de 600 salariés sur 8,5 hectares. L’hôtel a également bénéficié des exonérations au titre de la zone franche urbaine.

 

La CPAM et le centre des finances publiques, des équipements attractifs

L’implantation de grands équipements attractifs au Val Fourré permet de renforcer le lien entre l’agglomération et les quartiers d’habitat social. L’hôpital François Quesnay a été le précurseur de cette politique, une école d’infirmière ayant suivi après. Sur l’ilot Sully, l’installation de la CPAM et du centre des finances publiques a favorisé l’opération immobilière mixte logement/hôtel.

Centre Commercial Mantes 2 : enjeux, atouts, complexité du projet

Le cœur du Val Fourré, communément appelé CCM2, concentre les activités commerciales et les principaux services publics. Son attractivité est d’autant plus importante qu’il accueille trois fois par semaine un marché forain renommé. Ce lieu de vie joue un rôle de polarité pour l’ensemble des 22 000 habitants résidant au Val Fourré.

Pour autant, la structure urbaine de ce centre, qui repose sur une dalle centrale, sa faible densité, l’obsolescence de certaines cellules commerciales, qui forment une importante copropriété, l’absence d’enseigne commercial de moyenne surface, le manque de clarification des usages, nécessitent d’engager une restructuration urbaine ambitieuse.

Mené grâce au soutien de l’ANRU et des collectivités locales et territoriales, le travail intense de rénovation urbaine réalisé sur les principaux quartiers qui composent le Val Fourré, a considérablement changé son image. Un des enjeux à venir est de renforcer sa centralité et de lui conférer de multiples fonctions pour augmenter son attractivité. Une nouvelle étape qui marque le passage de la rénovation urbaine au développement en partenariat avec des investisseurs privés.

Les orientations du projet répondent à la nécessité de dynamiser l’offre commerciale en la diversifiant pour mieux répondre aux besoins de la population. Il s’agit également d’affirmer la centralité du Val Fourré en créant une animation quotidienne qui s’appuie sur une diversification des fonctions. C’est pourquoi la valorisation ou la création d’équipements ainsi que la construction de nouveaux logements, font l’objet d’une réflexion dans le cadre d’une programmation d’ensemble.

Outre le travail de coordination que l’EPAMSA mène entre les nombreux acteurs, la conduite de ce projet intègre une complexité liée aux différents statuts d’occupation (copropriétés, ASL …). La difficulté supplémentaire sera de composer avec les contraintes attachées à l’urbanisme sur dalle : différences de niveau, capacités de portance, caractère piéton de l’ensemble de l’espace. Les espaces alentours sont pour une grande partie construits, les possibilités de création de vue ou de rues s’en trouvent limitées.

Dates clés

1998: Premières démolitions du quartier des Peintres

2000: Restructuration du centre commercial Mantes 2, inauguration de la nouvelle mairie de quartier

2005: Première construction de logements en accession

2011: Ouverture de la piscine l’Aqualude

2014 : Fin des travaux d’aménagement de 6 quartiers du Val Fourré

2015 : Attribution du Label Ecoquartier au Val Fourré (secteur nord)

2016 : Le Val Fourré, lauréat du Programme d’Investissement d’Avenir « Villes et Territoires durables »

Chiffres clés

  • 2 100 logements démolis
  • Plus de 2 600 logements anciens réhabilités et résidentialisés
  • 210 logements neufs dont 165 en accession à la propriété
  • 6 quartiers entièrement rénovés
  • Potentiel de 500 logements développés à moyen terme (6-7 opportunités foncières)
Retour à la carte interactive Haut de page
Haut de page